Pour zoomer cliquez sur l'image
 
Pour zoomer cliquez sur l'image
 
BELLEGAMBE Jean
Trinité, triptyque de Marchiennes

Flandre
16e siècle (1e quart)
vers 1510

Huile sur bois
Hauteur en m. 1,05 Largeur en m. 0,69 (panneau central) Hauteur en m. 1,08 Largeur en m. 30 (chaque volet)
Peinture

Variante du panneau central du polyptyque d’Anchin, ce triptyque a sans doute été offert à l’abbé de Marchiennes, Jacques Coëne, par la famille Ocoche de Manchicourt, parente de celui-ci. En effet, sur le volet gauche, Jacques Coëne agenouillé est présenté par un ange qui porte ses armoiries et par saint Jacques de Compostelle, son patron. Sur le volet droit, les donateurs sont présentés par sainte Catherine et un saint tenant un oriflamme et le livre des Evangiles. On reconnaît dans la partie supérieure le blason de la famille Ocoche de Manchicourt. Le centre du triptyque est une variante simplifiée de la Trinité d’Anchin : le Christ en homme de douleur est soutenu par Dieu le Père, assis sous une arcature au décor Renaissance qui n’a pas la luxuriance du trône gothique d’Anchin. Rien ne permet de dater avec précision cette oeuvre, si ce n’est l’âge de Jacques Coëne né en 1468 qui semble représenté dans sa maturité, ce qui situe la peinture vers la décennie 1510, à l’époque du polyptyque d’Anchin. Il est probable que le retable de Marchiennes soit postérieur de quelques années à celui d’Anchin, vers les années 1513-1518, datation proposé par Genaille. Françoise Baligand

Lille, Palais des Beaux-Arts
Numéro d'inventaire : P 833