Pour zoomer cliquez sur l'image
 
CRANACH L'Ancien Lucas (école de)
La Dérision du Christ

Allemagne
16e siècle (1e moitié)
Années 1520-1540 ?

Huile sur bois
Hauteur en m. 0,830 Largeur en m. 0,577
Peinture

L'appellation de Dérision du Christ, donnée fréquemment à la scène du Couronnement d'épines, exprime la moquerie des bourreaux qui imposent également au Christ un manteau de pourpre - signe de dignité royale - et un roseau en guise de sceptre, puis s'agenouillent devant lui avant de le frapper. Les deux scènes visibles dans le fond illustrent le passage immédiatement précédent des Evangiles, dans lequel le gouverneur Pilate livre Jésus aux Juifs (Ecce Homo après l'avoir fait flageller (Flagellation), même si le personnage à la coiffe orientale évoque plutôt Caïphe, le grand prêtre. Le type des personnages, leurs costumes, la manière d'entasser les corps dans un espace très surchargé, sans souci de relation spatiale cohérente entre les volumes, et sans intérêt pour la perspective, très sommaire, correspondent à l'art de Cranach. Beaucoup de détails isolés sont traités de façon brillante voire somptueuse, ainsi dans les armures de fantaisie, et les vêtements bouffants, enrichis par des " crevés " et des oppositions colorées, de deux bourreaux. Le remplissage systématique de l'espace permet au peintre d'éviter d'avoir à relier entre eux les trois volumes architecturaux dans lesquels se distribuent les épisodes représentés, et la perspective trop montante du dallage à motifs circulaire ne crée aucune profondeur convaincante dans laquelle se situeraient les personnages. On est en présence d'un élève, qui connaît bien les oeuvres de Cranach sans posséder sa maîtrise. Des rapprochements ont été faits avec le Couronnement d'épines de Cranach, de 1537, au Jagdschloss Grünewald de Berlin, et à d'autres panneaux de la même période, comme l'Homme de douleurs de la Kunsthalle de Hambourg, postérieur à 1537, pour dater notre oeuvre des années 1540. Mais il faut aussi noter l'influence nette des gravures sur bois, de Cranach, de la série de la Passion, de 1509 : le rapport avec le bois du Couronnement d'épines est faible, mais le personnage de Caïphe semble repris du bois de la Flagellation. Le panneau de Lille pourrait dater des années 1520-1540. La tentative qui a été faite de voir dans les bourreaux des portraits des grands acteurs de la Réforme, la composition symbolisant leur agression de l'Eglise, reste une hypothèse sans fondement. Christian Heck

Lille, Palais des Beaux-Arts
Numéro d'inventaire : P 740