Pour zoomer cliquez sur l'image
 
MAITRE DE LA PREDICATION DE LILLE
Prédication de saint Jean Baptiste

Pays-Bas méridionaux, Anvers
16e siècle (1e moitié)
Actif vers 1530 -1540 ?

Huile sur bois
Hauteur en m. 0,615 Largeur en m. 0,93
Peinture

Ancienne appartenance : Vente Louis Minard à Gand, 25 mai 1883, n° 36 ; acquis par M. Hourez, antiquaire à Lille, qui le revendit au musée la même année.

Ce tableau n’a cessé de susciter des hypothèses sur son attribution. Les noms de Patinir (qu’il portait lors de son entrée au musée) ou de Herri Met de Bles relèvent des automatismes de la critique ancienne. Dès l’exposition de Valenciennes en 1918, Demmler, s’il maintenait ce dernier nom, l’assortissait d’un prudent « nahestehend » (« proche de »). L’attribution à Lucas Gassel, proposée au début du siècle et reprise par S. Bergmans dans les années 60, n’a pas davantage emporté l’adhésion. C’est Sterling qui, le premier, a pris acte de l’impossibilité d’attribuer notre tableau à un nom connu, créant pour l’occasion un « Maître de la Prédication de Lille », accepté sous ce nom par Faggin en 1968. Le corpus de ce peintre comprend entre autres, outre le tableau éponyme de Lille, un Saint Jérôme passé en vente à Berlin en 1930, un Moïse frappant le rocher (Anvers, Maagdenhuis) et un Paysage avec les pélerins d’Emmaüs (Liège, Musée d’art religieux et d’art mosan). On y retrouve la même écriture descriptive et dure, la même conception du paysage, certes recomposé comme chez ses devanciers mais d’apparence plus naturaliste, annonçant Brueghel. Didier Martens (communication orale, septembre 2000) suggère de chercher autour du Monogrammiste de Brunswick ou de Jan van Amstel, de façon générale à Anvers vers 1520-1530. Alexis Donetzkoff

Lille, Palais des Beaux-Arts
Numéro d'inventaire : P 762