Pour zoomer cliquez sur l'image
 
Pour zoomer cliquez sur l'image
 
ANONYME
Elément de boiserie
Représente des sujets de justice

Nord de la France
17e siècle (4e quart)
1695

Bois (Chêne), décapé
Hauteur en cm 273.5 (au total) , Longueur en cm 1158.5 (au total), largeur en cm 81.5 (chaque panneau), largeur en cm 33.5 (chaque pilastre)
Sculpture

La salle d'histoire est garnie d'une belle boiserie en chêne, datée de 1695, provenant de la grande chambre du conseil de l'Echevinage dans l'ancien hôtel de ville, et mesurant 11,60 m de longueur sur 2,75 m de hauteur. Représentant divers actes de la justice divine et humaine (scènes de l'antiquité), elle est divisée en neuf panneaux encadrés et séparés par des pilastres d'ordre ionique. Le haut de chaque panneau est orné d'une scène sculptée en haut relief. Des inscriptions explicatives en latin et en lettres d'or occupent le bas. Sur cette boiserie, est représentée deux personnages au milieu desquels se trouve un réchaud allumé. A droite, un vieillard auquel on crève l'oeil gauche. A gauche, un jeune homme auquel on crève l'oeil droit. Dans le fond, des soldats couverts de casques et armés de boucliers. Zaleuque, législateur des Locriens, vers 667 avant J.-C., fit une loi qui ordonnait que toute personne convaincue d'adultère perdrait les yeux. Son fils vint à tomber dans cette faute. Il fallait le punir et le peuple demandait grâce. Zaleuque qui voulait que la loi eût son application, se fit crever l'oeil droit et fit arracher l'oeil gauche à son fils, pour faire connaître qu'il n'était pas moins bon père que bon législateur.

Crédits photographiques : © Saint-Omer, musée de l'hôtel Sandelin, YB/M3C

Saint-Omer, Musée de l'Hôtel Sandelin
Numéro d'inventaire : 0581.2 CM