Pour zoomer cliquez sur l'image
 
ANONYME
L'Adoration des mages

Flandres
16e siècle (4e quart)

Huile sur bois
Hauteur en cm. : 109 Largeur en cm. : 140
Peinture

Ancienne appartenance : LIEGEARD, Général

La plus grande partie de l’oeuvre, à la construction exceptionnelle, présente un tableau dans le tableau : la Vierge à l’enfant est placée au centre de la composition, et reçoit les présents des trois rois mages, richement vêtus. Ce tableau est menacé par l’arrivée de trois iconoclastes sur la droite, placés sur la même échelle de composition que les personnages peints de la scène de l’adoration : un Turc (symbolisant la mécréance), un gueux (l’ignorance) et un pasteur réformé (l’hérésie), derrière lesquels on aperçoit un édifice, qu’ils ont réduit à l’état de charpente. A noter que le rôle du moine à droite (ou du pasteur réformé) est sujet à contradiction dans son interprétation : arme-t-il la main du gueux, ou la retient-il au contraire, désignant ainsi au fidèle la gestuelle à avoir ? La pique pointée sur le cou de la Vierge assimile l’acte iconoclaste à un assassinat, car le geste n’apparaît pas ici seulement dirigé contre une image, mais également contre une personne. On ne connaît pas le contexte de réalisation de l’oeuvre, qui témoigne cependant de la grave crise iconoclaste qui eut lieu en 1566 en Flandre et aux Pas Bas. En effet, plusieurs chefs religieux protestants ont encouragé la destruction des images pieuses dont l'adoration était considérée comme une hérésie païenne. Les objets concernés sont les portraits de saints et de saintes, les statues, mais aussi les reliques et les retables.

Crédits photographiques : © musée de la chartreuse de Douai

Douai, Musée de la Chartreuse
Numéro d'inventaire : 1598

Date d'acquisition : 1885.1 Don : LIEGEARD